Déchiffrer  > Panne, révélations… C’est quoi le problème avec Facebook ?

Written by 17 h 22 min Déchiffrer • 3 Comments

Panne, révélations… C’est quoi le problème avec Facebook ?

Une panne majeure et des révélations inquiétantes d’une ancienne salariée… Facebook est dans la tourmente. Mais quelle est l’ampleur exacte du problème ?

Le 11/10/2021 par Gabriel Thierry
Frances Haugen, ancienne ingénieure chez Facebook, accorde une interview choc à la chaine américaine CBS.
Frances Haugen, ancienne ingénieure chez Facebook, accorde une interview choc à la chaîne américaine CBS. (Crédit : Capture d'écran de l'émission).
Frances Haugen, ancienne ingénieure chez Facebook, accorde une interview choc à la chaîne américaine CBS. (Crédit : Capture d'écran de l'émission).

Épisode 1, la lanceuse d’alerte

Dimanche 3 octobre, Frances Haugen s’est confiée sur le plateau de 60 Minutes, un magazine d’investigation de CBS. Cette data scientist de 37 ans, spécialiste des algorithmes passée par Google, explique avoir travaillé au sein du “Civic Integrity”. Un service chargé de lutter contre les fake news au sein de Facebook, démantelé, à son grand dam, après l’élection présidentielle américaine. La lanceuse d’alerte, qui a quitté la firme quelques mois plus tard, en mai 2021, a ensuite témoigné au cours d’une audition très suivie devant le Sénat américain.

Celle qui incarne désormais la résistance aux abus de la firme de Menlo Park a résumé son propos avec une métaphore. “À l’instar de l’industrie du tabac, qui a pendant longtemps tenté de cacher la toxicité des cigarettes, Facebook connaît les risques associés à son produit, mais ne fait rien.” Frances Haugen a notamment évoqué l’influence inquiétante d’Instagram, l’une de ses filiales, sur la santé mentale des adolescentes. Ou les dangers pour la démocratie causés par la course aux “likes”, quitte à promouvoir des contenus outranciers qui font réagir au détriment de l’efficacité de filtres contre la désinformation.

Plutôt que des révélations, ce sont des confirmations”, nuance le journaliste Julien Le Bot, auteur de Dans la tête de Mark Zuckerberg (Actes Sud), un essai critique sur la plateforme. “La nouveauté, c’est que des documents internes tendent à montrer que les dégâts causés par le réseau social seraient connus en interne, et que la direction en fait fi parce que c’est un modèle économique extrêmement rentable”, ajoute-t-il.

Épisode 2, la panne de Facebook

À peine les téléviseurs de CBS éteints, Facebook a ensuite affronté une panne technique inédite. Ses services ont été injoignables pendant six heures de lundi à mardi. Selon l’entreprise, la panne, qui a affecté Facebook, Instagram, WhatsApp et Messenger, serait due à un mauvais changement de configuration des serveurs. La crise a eu des conséquences cocasses pour certains des salariés de Facebook, qui ne pouvaient plus badger pour entrer dans les locaux de l’entreprise. 

Plus sérieusement, elle a plongé bon nombre d’internautes dans le désarroi. Pour beaucoup, les groupes Facebook sont devenus le point central de leur sociabilité sur Internet. Pour d’autres, le “News Feed”, le mur d’actualité visible par l’utilisateur sur sa page d’accueil, est le portail incontournable pour s’informer. Et de nombreuses activités économiques sont esclaves de leur visibilité sur le réseau social. “Cette panne est un marqueur très fort de notre dépendance à l’égard d’une entreprise privée qui centralise nos conversations, sous le regard d’agences de publicité, s’inquiète Julien Le Bot. On a l’impression que c’est une place publique numérique, mais ce n’est pas du tout le cas.”

Épisode 3, quelles suites ?

Dans un message publié (évidemment) sur son mur Facebook, le PDG du réseau social, Mark Zuckerberg, s’est longuement défendu. “Nous nous soucions profondément de questions telles que la sécurité, le bien-être et la santé mentale, a-t-il notamment expliqué. La plupart de ces affirmations n’ont aucun sens.”

Ce n’est pourtant pas le premier scandale. Exemple avec l’application Cambridge Analytica, en 2018. Sous couvert d’un quiz de personnalité, cette base de données avait servi à des opérations de marketing politique. “À chaque fois, on voit que l’entreprise est passée en force, rappelle Julien Le Bot. Elle dit ensuite qu’elle va corriger le tir et qu’on ne sera plus concerné par le problème.”

Pas sûr que l’histoire se répète. Contesté, Facebook fait déjà face à des poursuites de l’autorité américaine de la concurrence, qui l’accuse d’abuser de son monopole. “Il y a une prise de conscience de la nécessité de mécanismes de régulation, résume Julien Le Bot. C’est toutefois un problème qui dépasse Facebook : le fonctionnement des grandes entreprises de la tech reste peu régulé.”

À LIRE AUSSI : Max Schrems, le gardien des données personnelles qui a fait plier Facebook

Tags:

A lire aussi :

  • Les nouveaux conseillers anti-Gafam de Joe Biden

    Déchiffrer

    Les nouveaux conseillers anti-Gafam de Joe Biden

    Le nouveau président américain s’est entouré de personnalités critiques à l’égard des monopoles créés par les plateformes technologiques, comme Facebook ou Google. Mais qui sont ces conseillers anti-Gafam ?
  • Max Schrems, le gardien des données personnelles qui a fait plier Facebook

    Déchiffrer

    Max Schrems, le gardien des données personnelles qui a fait plier Facebook

    INTERVIEW. Il est devenu l’une des figures du combat pour la protection des données personnelles. L’activiste autrichien Max Schrems, fondateur de l’ONG None of your business (NOYB), revient auprès de WE DEMAIN sur plus de dix ans de militantisme numérique.
  • Qwant:  le FLOP  de l’anti-Google français

    Déchiffrer

    Qwant: le FLOP de l’anti-Google français

    À son lancement en 2013, le moteur de recherche Qwant se présentait comme puissant et respectueux de la vie privée. Des promesses qui ont davantage convaincu les pouvoirs publics français que les internautes.