Découvrir  > 57 000 produits ultra-transformés passés au crible : le bœuf séché est le plus polluant

Written by 18 h 49 min Découvrir, Économie, Societe-Economie

57 000 produits ultra-transformés passés au crible : le bœuf séché est le plus polluant

Les universités d’Oxford et d’Aberdeen ont passé au crible des produits ultra-transformés vendus en supermarché pour évaluer leur impact environnemental.

Le 11/08/2022 par Florence Santrot
supermarché
Les produits industriels vendus en supermarché ont un impact non négligeable sur la planète. Crédit : Mangostar / Shutterstock.
Les produits industriels vendus en supermarché ont un impact non négligeable sur la planète. Crédit : Mangostar / Shutterstock.

Cuisiner à partir de produits bruts restera toujours ce qu’il y a de mieux. Faire soi-même une pizza, une ratatouille, un bon gâteau… Tout cela, en théorie, tout le monde devrait le faire. Mais le quotidien nous rattrape. Nos vies à 100 à l’heure ou les réclamations insistantes des enfants pour tel paquet de biscuit ou pâte à tartiner font qu’au supermarché, on ne se contente pas des étals de fruits et légumes mais qu’on écume tous les rayons. Seulement, on n’a pas toujours conscience de l’empreinte carbone des produits ultra-transformés qu’on achète.

Une étude vient y remédier. Réalisée par les universités britanniques d’Oxford et d’Aberdeen, cette enquête à appliquer une méthodologie unique. Elles ont imaginé un algorithme pour passer au crible quelque 57 000 produits ultra-transformés vendus en grande surface. Publiée dans la revue “Proceedings of the National Academy of Sciences” (PNAS), elle permet d’évaluer les aliments qui ont un impact réduit, moyen ou élevé sur nos émissions de gaz à effet de serre (GES). Le résultat final était un “score d’impact environnemental” pour 100 grammes de chaque produit, allant de 0 (aucun impact) à 100 (impact le plus élevé).

Des produits ultra-transformés à l’empreinte carbone plus ou moins forte

Il s’avère, d’une manière globale, que certaines catégories sont relativement tolérables (boissons sucrées ou aux fruits, pains, céréales…), d’autres ont un impact moyen (la plupart des desserts et des pâtisseries) ou sont très polluants (viande, poisson, fromage). L’aliment ultra-transformé ayant atteint la valeur la plus élevée dans l’étude est le bœuf séché. D’une manière générale, les produits à base de viande et de fromage ont, de loin, le pire bilan environnemental. Que ce soit les aliments bruts comme les plats préparés, les sauces, etc.

“Remplacer la viande, les produits laitiers et les œufs par des alternatives à base de plantes pourrait avoir de grands bénéfices environnementaux”, notent les auteurs de l’étude. Cela peut se faire en substituant le bœuf par des haricots rouges par exemple. Mais il est déjà très bénéfique de faire le bon choix parmi une gamme de produits similaires.

Croiser le score environnement avec les données nutritionnelles des produits ultra-transformés

Il n’est pas toujours possible de conclure que ce qui est plutôt malsain est nocif pour la planète. Cependant, l’étude a profité de cette analyse poussée pour croiser l’impact environnemental des produits avec leurs qualités nutritionnelles.

“L’intégration de NutriScore [dans le cadre de l’enquête] révèle que les produits les plus nutritifs sont souvent plus durables sur le plan environnemental, mais il existe des exceptions à cette tendance. Et les aliments que les consommateurs peuvent considérer comme substituables peuvent avoir des impacts très différents”, soulignent les auteurs de l’étude.

L’exemple des saucisses pour apprendre à faire les bons choix

“Opter pour des saucisses ayant comme ingrédient principal du bœuf ou de l’agneau a une empreinte carbone 240 % plus importante que des saucisses de porc”, révèle l’étude. Ces dernières ont un impact environnemental 100 % plus fort que des saucisses de poulet et de dinde. Qui elles-mêmes ont un impact 170 % plus grand que des saucisses végétariennes ou végan.

Mais, nutritivement, les saucisses de bœuf, d’agneau ou de porc sont 20 % plus performantes que celles de poulet et de dinde. Qui elles-mêmes sont 75 % nutritivement meilleures que les saucisses sans viande. Mais tout cela est à relativiser : des saucisses de porc de très mauvaise qualité ne seront pas aussi nutritives qu’elles le devraient.

Moins de produits animaux : bon pour la santé et l’environnement

Pour éviter que nos habitudes alimentaires ne continuent à mettre en danger notre propre sécurité alimentaire, il convient donc de garder en tête que les fruits, légumes, légumineuses et fruits à coque sont à privilégier. Et qu’il vaut mieux réduire la consommation de produits animaux d’une manière générale. L’étude établit qu’il s’agit à la fois d’une bonne formule pour l’environnement et pour notre propre santé.

Tags:

A lire aussi :

  • Pizzas Buitoni, chocolats Kinder… peur sur l’assiette

    Déchiffrer

    Pizzas Buitoni, chocolats Kinder… peur sur l’assiette

    Deux enfants sont morts pour avoir mangé de la pizza Buitoni contaminée à l'Escherichia coli. Kinder, Lactalis, Findus, IKEA… retour sur une longue série de scandales alimentaires.
  • Calendrier du Vent 2019 : chaque jour, une “arnaque” de Noël

    Découvrir

    Calendrier du Vent 2019 : chaque jour, une “arnaque” de Noël

    Du 1er au 24 décembre, le "Calendrier du Vent" de l'association Foodwatch révèle avec humour l'une des "arnaques" de l'industrie agroalimentaire... croustillantes en ces fêtes de fin d'année.
  • C’est officiel, les supermarchés devront donner leurs invendus

    Pris dans la toile

    C’est officiel, les supermarchés devront donner leurs invendus

    Repéré sur Goodplanet L’Assemblée nationale a voté jeudi soir à l’unanimité des mesures contre le gaspillage alimentaire destinées à empêcher les grandes surfaces de jeter de la nourriture, selon son promoteur, l’ancien ministre délégué à l’Agroalimentaire Guillaume Garot. Le député PS avait déposé avec des collègues de la majorité comme de l’opposition des amendements à …