Découvrir  > Comment éliminer le plastique de la chambre des enfants ?

Written by 9 h 21 min Découvrir

Comment éliminer le plastique de la chambre des enfants ?

Le 27/12/2018 par Sofia Colla

Il emballe les cosmétiques ou les aliments, se cache dans la literie ou les vêtements. Le plastique est partout. Or les objets en plastique sont souvent à usage unique ou éphémère. Il deviennent rapidement des déchets, très longs à disparaître. Au point que le plastique forme même un « 7èmecontinent dans l’océan »
 
Alors comment l’éliminer de notre quotidien ? We Demain vous avait déjà suggéré des conseils pour le proscrire de la cuisine ou de la salle de bain. Le responsable de la campagne Océan chez Greenpeace UK, Will McCallum, va plus loin.
Il publie l’ouvrage En finir avec le plastique : une compilation d’idées d’actions individuelles pour apprendre à s’en passer dans tous les domaines de la vie, au bureau ou chez-soi, mais aussi collectives, dans l’espace public. En voici des extraits, consacrés à la chambre des enfants.

Extraits : Stop au plastique dans la chambre des enfants

Les tétines
Les tétines font partie des objets couramment retrouvés dans les décharges. Si votre enfant en a besoin, jetez un oeil à la gamme de tétines et anneaux de dentition en caoutchouc naturel de la marque Hevea, qui fabrique également des biberons et des jouets pour le bain.

Les couches
Rien qu’aux États-Unis, on estime que 27,4 milliards de couches sont utilisées chaque année, dont plus de 90 % finissent dans des décharges où elles mettront la moitié d’un millénaire à se décomposer. En plus de plastique, les couches sont composées de grandes quantités de cellulose, et leur fabrication est extrêmement énergivore. L’alternative : les couches lavables en tissu comme celles de Bambino Mio ou Wonderoos. Bien connues de nos grands-parents, elles ont bien évolué depuis et ne représentent plus la corvée qu’elles étaient pour eux. Pour tout savoir en détail sur l’entretien des couches lavables, je vous invite à consulter les divers blogs qui leur sont dédiés, ou le mode d’emploi proposé sur le site ApiNapi6. Il est évidemment bien plus commode de ne pas avoir à faire de multiples lessives de couches, mais utiliser ne serait-ce qu’une moitié de couches jetables représenterait déjà une amélioration de 50 %, et cet effort vaut largement la peine. Pour toutes les fois où les jetables vous simplifient vraiment la vie, pensez à vous fournir auprès des nombreux modèles biodégradables existants.

Les paillettes
Les jolies paillettes qui brillent – décoration préférée de tant d’enfants (et d’adultes !) – ne sont en fait qu’une multitude de particules de plastique, qui finiront à un moment ou à un autre dans les canalisations ou éparpillées par le vent. J’entends déjà s’élever les voix qui me traiteront de rabat-joie, arguant que ma quête du zéro plastique va trop loin si on n’a même plus droit aux paillettes. Eh bien, si vous êtes accro aux paillettes, ce qui n’a rien de criminel, j’ai une bonne nouvelle pour vous : il existe des alternatives plus respectueuses de l’environnement. Lush, Eco Glitter Fun et Eco Stardust proposent des paillettes sans plastique. Bien que biodégradables, elles ne sont cependant pas parfaites : certaines peuvent contenir des ingrédients non compostables et ne
peuvent donc pas se décomposer en matériau organique.

Pour plus de conseils anti-plastique…

En finir avec le plastique, de Will McCallun aux éditions Marabout.
15,90 euros.

Tags:

A lire aussi :

  • Alexandre Mars : « Personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire quelque chose »

    Ralentir

    Alexandre Mars : « Personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire quelque chose »

    Être citoyen responsable, c'est quoi ? A l'occasion du salon ChangeNOW, l'entrepreneur et philanthrope Alexandre Mars est revenu sur cette notion. Et sur l'importance de prendre chacun ses responsabilités.
  • Jean-Jacques Fasquel, artisan du compost

    Découvrir

    Jean-Jacques Fasquel, artisan du compost

    Parmi les 850 membres de Coopaname, des personnes ayant accompli un virage professionnel pour être en accord avec leurs valeurs. Ils exercent de nouveaux métiers et, grâce à cette coopérative, ils bénéficient (presque) du même statut qu'un salarié. Une nouvelle forme de travail, voire... de démocratie. Portraits de ces explorateurs d'un nouveau monde. Premier volet de notre série avec Julie-Lou Debreuil, bergère urbaine.