Ralentir  > Alexandre Mars : « Personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire quelque chose »

Written by 19 h 13 min Ralentir

Alexandre Mars : « Personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire quelque chose »

Être citoyen responsable, c’est quoi ? A l’occasion du salon ChangeNOW, l’entrepreneur et philanthrope Alexandre Mars est revenu sur cette notion. Et sur l’importance de prendre chacun ses responsabilités.

Le 21/05/2022 par Florence Santrot
Alexandre Mars
Alexandre Mars
Alexandre Mars

A peine monté sur la scène du salon ChangeNOW, organisé du 19 au 21 mai 2022 à Paris, l’entrepreneur et philanthrope Alexandre Mars fait voter les personnes présentes dans la salle. « Qui a voté cette semaine ? » Personne ne lève la main. « Vous pensez que vous n’avez pas voté parce que vous ne vous êtes pas rendu dans l’isoloir, c’est ça ? Mais vous avez voté autrement », affirme Alexandre Mars, fondateur de la start-up à but non lucratif Epic Foundation et du fonds d’investissement Blisce.

Et de prendre l’exemple de la marque « C’est qui le patron ? », dont il a reçu le co-fondateur dans son podcast « Pause ». « Cette marque a été créée en 2016 par Nicolas Chabanne car il trouvait incompréhensible que les éleveurs ne soient pas rémunérés à la hauteur de leurs efforts. Depuis, 287 millions de litres de lait ont été achetés par les Français. C’est devenu la première marque de lait en France. Et 40 autres produits ont créés sur le même principe. »

S’adapter est la clé pour Alexandre Mars

Selon le philanthrope, pendant des dizaines d’années, la société a accepté de suivre un des préceptes de Milton Friedman : « La responsabilité sociale de l’entreprise est d’accroître ses profits ». « Aujourd’hui, on a enfin compris que la RSE ne peut plus être que ça. Charles Darwin avait raison : les espèces qui survivent ne sont pas les plus fortes, les plus grosses ou les plus intelligentes mais celles qui savent s’adapter. On l’a vu ces dernières décennies avec nombre de sociétés tech, comme Nokia, Kodak ou Blackberry. Elles ont cru qu’elles étaient si dominantes sur leur marché qu’elles n’avaient pas besoin de changer. Aujourd’hui, elles ont disparu ou presque. »

Repenser la liberté citoyenne

La liberté citoyenne, c’est l’addition de trois facteurs : une prise de conscience de la situation et de ce que l’on peut faire, une compréhension de la multiplicité des choix et le constat qu’on a tous un pouvoir réel à notre niveau. « Cela implique que nos choix quotidiens ont un impact à chaque fois. Vais-je acheter des produits ou des services en lien avec mes valeurs ou craquer pour la facilité et le prix attractif et commander sur Amazon ? Faut-il que je refuse d’acheter des produits ou services qui ne sont pas responsables ? Vais-je ne rien faire en me disant que de toutes façons, ça ne sert à rien ? On a tous envie de voir le changement. Mais qui a envie de changer ? Ce n’est pas toujours simple… », explique Alexandre Mars.

« Alors, finalement, avez-vous voté cette semaine ?! Oui, car vous avez utilisé votre carte bleue et que vous avez fait des choix à impact sur des vies humaines. Comme quand on choisit un produit ‘C’est qui le patron ?’ et que cela joue directement sur les revenus d’un agriculteur. Mais il ne faut pas non plus toujours culpabiliser : on n’est pas parfait. Comme j’aime dire : personne ne peut tout faire, mais chacun peut faire quelque chose. »

Pour aller plus loin, voici le podcast d’Alexandre Mars, « Pause », avec Nicolas Chabanne co-fondateur de « C’est qui le patron ? » :

Tags:

A lire aussi :

  • Comment éliminer le plastique de la chambre des enfants ?

    Découvrir

    Comment éliminer le plastique de la chambre des enfants ?

    Il emballe les cosmétiques ou les aliments, se cache dans la literie ou les vêtements. Le plastique est partout. Or les objets en plastique sont souvent à usage unique ou éphémère. Il deviennent rapidement des déchets, très longs à disparaître. Au point que le plastique forme même un « 7èmecontinent dans l’océan ».    Alors comment l’éliminer …
  • Jean-Jacques Fasquel, artisan du compost

    Découvrir

    Jean-Jacques Fasquel, artisan du compost

    Parmi les 850 membres de Coopaname, des personnes ayant accompli un virage professionnel pour être en accord avec leurs valeurs. Ils exercent de nouveaux métiers et, grâce à cette coopérative, ils bénéficient (presque) du même statut qu'un salarié. Une nouvelle forme de travail, voire... de démocratie. Portraits de ces explorateurs d'un nouveau monde. Premier volet de notre série avec Julie-Lou Debreuil, bergère urbaine.