Découvrir  > Métiers d’avenir : 6 jobs écolos à saisir d’ici 2030

Written by 18 h 52 min Découvrir • One Comment

Métiers d’avenir : 6 jobs écolos à saisir d’ici 2030

Berger, juriste en environnement, mécanicien pour vélo… La transition écologique va créer ou remettre au goût du jour certains métiers. WE DEMAIN vous en présente six.

Le 24/11/2020 par Benjamin Leclercq
Crédit : Rob Flowers
Crédit : Rob Flowers

Découvrez d’autres futurs métiers de la transition écologique dans WE DEMAIN n°32. Un numéro disponible sur notre boutique en ligne

La transition écologique va créer de l’emploi : 900 000 d’ici 2050, selon l’Ademe et l’OFCE. Si certains secteurs vont verdir des postes existants (finance, commerce), d’autres en créeront de nouveaux. WE DEMAIN présente 6 jobs à saisir dans les prochaines décennies.

À lire aussi : Mobilité, énergie… 6 secteurs qui vont créer de l’emploi d’ici 2030

Économie circulaire

Conseiller.e en gestion des déchets

Mission : Accompagner les entreprises et les collectivités pour optimiser la gestion de leurs déchets. Après un diagnostic, il ou elle propose des actions concrètes pour améliorer les performances de recyclage. 

Formation : BTS métiers des services à l’environnement, DUT génie de l’environnement, licences pro, masters traitement des déchets et pollutions.

Salaire : entre 1 500 et 2 100 euros brut.

Mais aussi : technicien.ne low-tech, ambassadeur.rice de tri, ingénieur.e en traitement des eaux

Rénovation énergétique

Étanchéiste

Mission : Il ou elle est chargé sur les chantiers de la pose des isolants (polymères, laine de verre, enduits…). Ce profil est très demandé dans le cadre des rénovations thermiques. 

Formation : CAP ou bac pro étanchéité du bâtiment et des travaux publics.

Salaire : entre 1 600 et 2 200 euros brut.

Mais aussi : chargé.e d’affaires en rénovation énergétique du bâtiment, ingénieur.e d’étude
en efficacité énergétique, chef.fe de projet “BIM” (bâtiments et infrastructures modélisés)

Énergies renouvelables

Chef.fe de projet éolien 

Mission : Diplomate et porté sur le travail d’équipe, son rôle est de piloter les projets de construction de parcs éoliens, de leur étude de faisabilité à la livraison finale, en jonglant entre impacts environnementaux et contraintes règlementaires.

Formation : master ou école d’ingénieur.

Salaire : entre 2 000 et 4 000 euros brut selon l’expérience et la taille du projet.

Mais aussi : économe de flux, ingénieur.e spécialisé.e en hydrogène, technicien.ne de maintenance biogaz, ingénieur.e “smart grids”… 

Agriculture

Berger.e

Mission : La filière ovine est à la recherche de 20 000 jeunes sur les dix prochaines années pour compenser une vague de départs en retraite. Le métier, physique et technique, promet un cadre de vie connecté à la nature et porté sur l’écologie. 

Formation : brevet professionnel agricole (BPA) de berger transhumant (école du Merle, Bouches-du-Rhône) ou de berger-vacher transhumant (CFPPA des Hautes-Pyrénées).

Salaire : environ 1 800 euros brut.

Mais aussi : consultant.e en agriculture biologique, chargé.e de mission en valorisation agricole, maraicher.e et horticulteur.rice…

Transports

Mécanicien.ne vélo

Mission : La France est le troisième marché européen (derrière les Pays-Bas et l’Allemagne) en matière de bicyclettes. Un parc deux-roues qu’il s’agit de maintenir. Le “conseiller technicien cycle” (CTC) conseille, répare et entretient les vélos. 

Formation : par exemple la toute jeune Académie des métiers du vélo, créée en 2020. 

Salaire : environ 1 800 euros brut.

Mais aussi : chargé.e de mission mobilité durable, conducteur.rice de transports en commun, ingénieur.e électronique de puissance…

Environnement

Juriste en environnement

Mission : En veillant sur le droit français, européen et international, il ou elle aide entreprises et collectivités à se conformer aux règlementations 

Formation : master en droit, spécialisation en droit de l’environnement. 

Salaire : entre 2 100 et 2 700 euros brut en début de carrière.

Mais aussi : écologue, agent technique en gestion et restauration des écosystèmes, jardinier.e d’espaces verts…

Tags:

A lire aussi :

  • Halte au bio-bashing !

    Respirer

    Halte au bio-bashing !

    CHRONIQUE. Comme il existe des climatsceptiques, il y a des bio-sceptiques. Jean-Paul Curtay, nutrithérapeute, répond aux trolls du bio-bashing.
  • Creuser les océans, “des dégâts irréversibles  dans les fonds marins”

    Respirer

    Creuser les océans, “des dégâts irréversibles dans les fonds marins”

    Alors que les réserves de métaux essentiels à l’économie numérique et à la transition énergétique se vident sur terre, les regards se tournent vers les fonds marins. Si l’exploitation commerciale n’a pas encore commencé, des projets sont en cours et préparent le terrain. Au risque d’endommager des écosystèmes encore largement inexplorés, alertent des scientifiques et des ONG.
  • Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Ralentir

    Il marche 33  800  kilomètres dans les pas de l’humanité

    Le journaliste américain Paul Salopek raconte notre époque d’une façon inédite. À pied, il retrace le chemin parcouru par l’être humain à travers l’histoire. De la Corne de l’Afrique à la Terre de feu.