Découvrir  > Tiny house, kerterre, yourte… Une formation pour se lancer dans un projet d’habitat réversible

Written by 18 h 07 min Découvrir, Ma maison demain • One Comment

Tiny house, kerterre, yourte… Une formation pour se lancer dans un projet d’habitat réversible

Vous êtes attiré par un projet d’habitat léger ? Pour oser se lancer et savoir par où commencer, la Fédération de l’habitat réversible lance le 4 octobre son premier Mooc dédié à ce mode de vie.

Le 30/09/2021 par Sofia Colla
habitat réversible
L’habitat réversible regroupe plusieurs types de logements : tiny house, mais aussi yourte, péniche ou encore conteneur aménagé. (Crédit : Shutterstock)
L’habitat réversible regroupe plusieurs types de logements : tiny house, mais aussi yourte, péniche ou encore conteneur aménagé. (Crédit : Shutterstock)

Les tiny houses en font rêver plus d’un. Si ce mode de vie était considéré il y a quelques années comme réservé aux écolos excentriques, il se développe aujourd’hui, avec par exemple ce village de tiny houses en Bretagne

Les informations sur le sujet sont de plus en plus nombreuses. Mais souvent dispersées, voire contradictoires, notamment en ce qui concerne la réglementation. Par où commencer ? Vers quel habitat se tourner ? Les questions sont nombreuses avant de se lancer. Et il n’est pas toujours évident de trouver les réponses. 

Pour défricher le terrain et faciliter la vie de ceux qui ont un projet d’habitat léger, la Fédération de l’habitat réversible, qui rassemble divers acteurs associatifs et professionnels du milieu, lance un Mooc : “S’installer en habitat réversible”. 

Se former pour oser se lancer

“Les rêves et les projets d’installation en habitat réversible (aussi appelé habitat léger) se multiplient. Pourtant, le passage à l’action reste compliqué : les connaissances sont dispersées, parfois incomplètes ; toutes et tous n’ont pas le temps et/ou les moyens d’y accéder. C’est pour centraliser les savoirs et les transmettre de manière organisée, accessible et facilement appropriable, que nous créons un Mooc gratuit et ouvert à toutes et tous”, détaille la Fédération sur le site

Pendant sept semaines, à partir du 4 octobre, les participants pourront suivre cette formation en ligne entièrement gratuite (sur inscription). Vidéos avec des professionnels, exercices et activités, retours d’expériences de personnes déjà installées ou en cours d’installation, bibliothèque de ressources… Les contenus seront variés, pour tenter de répondre à toutes les interrogations et apporter une base théorique aux porteurs de projet. 

Au cours des différentes semaines, les participants pourront en apprendre plus sur la recherche de terrain, la conception, le budget et le financement, l’aménagement, la réglementation et l’obtention des autorisations, ou encore l’assurance. La Fédération conseille d’y consacrer au moins 1 h 30 par semaine, pour un total d’environ 12 heures de formation. 

Les cours seront donnés par des professionnel·le·s de l’habitat réversible, membres de la Fédération. Comme par exemple des membres de l’association Twiza, d’Habitats libres en Poitou ou encore de l’Atelier Fertile. 

Des évènements et ateliers thématiques seront également organisés tout au long de la formation. En distanciel, mais aussi en présentiel, dans toute la France, pour favoriser la rencontre au sein de la communauté. 

À lire aussi : Camping sauvage : tout ce qu’il faut savoir pour se lancer

Qu’est-ce qu’un habitat réversible ? 

La tiny house est l’un des exemples les plus connus d’habitat réversible. Mais elle est loin d’être le seul. Yourte, kerterre, péniche, conteneur aménagé… Tous font également partie de cette catégorie. 

L’habitat réversible est un habitat mobile, qui peut être monté sur roue – comme la roulotte –, ou flottant – comme un voilier. Il peut aussi être transportable et déplacé par traction, comme par exemple une péniche. Il est également conçu pour être démontable facilement. Et enfin, certains sont conçus pour être “compostables”. C’est-à-dire fabriqués à partir de matériaux naturels, à l’image d’une kerterre. 

Ce mode de vie présente de nombreux bénéfices d’un point de vue écologique et social. L’habitat léger ne laisse pas d’empreinte irréversible sur le sol. Sa construction génère beaucoup moins de déchets qu’un habitat classique. La consommation d’énergie et l’impact carbone sont eux aussi beaucoup plus faibles. Et il est financièrement plus accessible. 

Une fois le Mooc terminé, le 21 novembre, les contenus resteront accessibles à tous gratuitement. Une formation destinée à ceux qui ont déjà un projet en tête. Mais aussi à ceux que l’habitat réversible attire sans vraiment savoir comment se lancer ou que choisir… 


Cet article a été réalisé grâce au soutien de Leroy Merlin
Retrouvez ici les épisodes Habitons Demain.
 

Tags:

A lire aussi :