Ralentir  > #CyberCleanUp : un jour pour réduire votre pollution numérique

Written by 13 h 49 min Ralentir

#CyberCleanUp : un jour pour réduire votre pollution numérique

Le World CleanUp Day, grande traque aux déchets mondiale, a lieu cette année le samedi 19 septembre. Avec une nouveauté : l’organisation en parallèle d’un Cyber CleanUp. L’occasion de faire le ménage dans ses données numériques et d’adopter de bons gestes pour le reste de l’année.

Le 16/09/2020 par Sofia Colla
Le Cyber CleanUp Day : une journée pour prendre enfin le temps de trier, organiser et vider son ordinateur ou son smartphone. (Crédit : Shutterstock)
Le Cyber CleanUp Day : une journée pour prendre enfin le temps de trier, organiser et vider son ordinateur ou son smartphone. (Crédit : Shutterstock)

Réunir 5 % de la population mondiale le même jour pour ramasser les déchets et “nettoyer” la planète, c’est le concept du World CleanUp Day. L’opération, lancée pour la première fois en 2007, a réuni l’année dernière 20 millions de personnes dans plus de 180 pays.

À lire aussi : World CleanUp Day : attrapez tous les déchets !

Pour cette édition 2020, la branche française du mouvement s’est associée à l’Institut du Numérique Responsable en proposant aux particuliers mais aussi aux écoles, associations, collectivités et entreprises de réaliser un grand nettoyage numérique.

Une source de pollution invisible

Si le premier Digital CleanUp Day a eu lieu en 2018 en Estonie, il s’agit d’une première en France.

Le Cyber CleanUp Day   s’inscrit dans la logique du World CleanUp Day qui est de nettoyer la planète en un jour. Tout comme les déchets physiques impactent notre environnement, les déchets numériques le font aussi, même si cela est moins visible”, nous explique Kévin Guerin, membre des deux associations organisatrices et instigateur de l’événement. 

“Selon un rapport du Shift Project de 2018, le numérique représente aujourd’hui 4 % des gaz à effet de serre de la planète, répartis entre la fabrication du matériel et la consommation électrique. C’est autant que le secteur de l’aviation…”. 

Kévin Guerin

À lire aussi : Avec Plantyflix, plantez des arbres pour amortir la pollution de vos sessions Netflix

L’idée est donc que chacun se pose la question de sa consommation numérique : trier, organiser et supprimer ses photos, ses applications mobiles, ses fichiers, ses conversations SMS, WhatsApp, Messenger… Des sources de pollution invisibles, mais plutôt faciles à réduire. 

“Il n’y a vraiment pas besoin d’être expert du sujet ou informaticien pour organiser un Cyber CleanUp. Nous avons mis à disposition de nombreux outils pour que n’importe qui puisse le faire en famille ou entre ami”, rassure Kévin Guerin.

Pour l’heure, plus d’une centaine d’évènements – dont une majorité ouverts au grand public – sont répertoriés sur une carte interactive.

Vider les clouds et les serveurs

Le Cyber CleanUp Day s’aligne sur la date du World CleanUp Day, qui a lieu cette année le 19 septembre, mais s’étend dans les faits du 16 au 20 septembre afin d’inclure les écoles et les établissements fermés le week-end. 

“L’idée c’est de faire un nettoyage de la planète de A à Z, autant sur la partie réelle que virtuelle”, s’enthousiasme le consultant. 

“Ce sujet là doit être connu par tout le monde, il faut en avoir conscience. Tout autant que savoir que jeter un mégot par terre pollue 500 litres d’eau, il faut savoir que stocker un fichier sur le Cloud pollue également.”  

Pour calculer l’impact de ce cyber nettoyage, les animateurs des évènements se chargeront de remonter des données comme le nombre de participants, ainsi que le nombre et le poids de mails, de fichiers ou d’applications triés. Les organisateurs se basent ensuite sur une valeur de référence fournie par l’Ademe : 1 Mo = 19g de CO2. Les résultats seront dévoilés à la mi-octobre.

Si vous souhaitez organiser un cyber CleanUp avec vos collègues, vos amis ou votre famille, il est possible de s’inscrire jusqu’à dimanche soir. Et sinon, retrouvez nos conseils et ceux de Julien Vidal pour adopter un usage responsable du numérique toute l’année.

Tags:

A lire aussi :

Close