Connectez-vous S'inscrire

Il développe une appli pour vous aider à connaître le taux de pesticides dans vos aliments

Par I Publié le 28 Juin 2016

Simon Bernard vient d'être récompensé par le ministère de l'Environnement pour "Scan Eat", un dispositif capable de repérer les pesticides dans les fruits et légumes en un simple scan.


En moyenne, une pomme a subi 36 traitements de pesticides avant d'atterrir dans vos mains. (Crédit : Jeremy007/Wikimedia Commons)
En moyenne, une pomme a subi 36 traitements de pesticides avant d'atterrir dans vos mains. (Crédit : Jeremy007/Wikimedia Commons)
Vous avez acheté une pomme au supermarché, mais savez-vous combien de traitements de pesticides elle a subi avant que vous ne l’ayez dans vos mains ? 36 en un an, selon le ministère de l’Agriculture. Un chiffre qui donne moyennement envie de croquer dedans…
 
Pour vous permettre de repérer et quantifier vous-même les traces de pesticides contenues dans les fruits et légumes des étals des supermarchés, un étudiant français de 25 ans, Simon Bernard, a développé une idée astucieuse.
 
Son dispositif, baptisé "Scan Eat ", lui a permis de remporter le premier prix du concours "Greentech écoles" mis en place par le ministère de l’Environnement. La récompense, 150 000 euros et un accompagnement de neuf mois au sein de l’incubateur du ministère en Seine et Marne, devrait l’aider à mettre au point son invention et à la commercialiser... et ainsi aider à réaliser l'un des rêves de cet étudiant, comme il le raconte à Ouest France :
 
"Les pesticides sont un gros problème, alors oui ça fait rêver de pouvoir faire quelque chose pour lutter contre".

Une technologie de spectomètre infrarouge...

Pour l’heure, Simon Bernard est encore étudiant en dernière année de l’École nationale supérieure maritime du Havre. Une formation technique grâce à laquelle il a entendu parler d’une "technologie de spectromètre infrarouge miniaturisé à la taille d’une petite clef USB" et qui "[peut] être utilisée pour détecter la présence et le taux acceptable ou non de pesticides dans les aliments de type fruits et légumes", explique-t-il au journal Paris-Normandie.
 
Cette technologie, utilisée par une start-up israélienne pour connaître la composition moléculaire des plantes ou des médicaments, a aussi déjà servi à la société Tellspec qui est ainsi parvenue à calculer le nombre de calories d'un plat. Dans le cas de Scan Eat, elle fonctionnera par le biais d’une appli.
 

La signature chimique d'un fruit ou d'un légume

Concrètement, l’utilisateur n’aura qu’à scanner un légume ou un fruit pour en connaître sa composition. Pour y parvenir, le dispositif utilise une technique de spectroscopie. Comment cela marche ? Grâce au faisceau lumineux envoyé par le dispositif, qui, reflété sur le légume ou le fruit, est analysé par ce dernier.

Le spectre ainsi obtenu permettra de comprendre la composition chimique, dont le taux de pesticides, compris dans l'aliment.  Et ce, grâce à l'algorithme que va développer Simon Bernard et qui servira à traduire le résultat du dispositif dans un langage compréhensible pour ses utilisateurs. Une appli qui sera autant destinée aux consommateurs qu'aux chercheurs spécialisés dans le déchiffrage des compositions alimentaires.
 

"Par exemple, il est possible de retrouver des traces de pesticides jugés dangereux et interdits depuis longtemps en France. L’appareil pourrait les détecter et donner une indication du taux acceptable ou non", précise l'étudiant au journal France Normandie.
 
Si son algorithme s’avère efficace, l’étudiant pourrait profiter d’un deuxième financement du ministère de l’Environnement, à hauteur de 500 000 euros cette fois-ci. Un montant qui devrait lui permettre de développer encore un peu plus le dispositif, qui sera alors capable de mesurer les traces de pesticides, mais aussi les différents polluants de l’air et de l’eau.






Réservé aux abonnés du site.
Accédez à l'intégralité du n°16 de la revue WE DEMAIN

Pas encore abonné ?
Inscrivez-vous gratuitement !





WEDEMAIN.FR SUR VOTRE MOBILE