Découvrir  > Tchikita, le premier magazine pour enfant anti-stéréotypes de genre

Written by 16 h 13 min Découvrir

Tchikita, le premier magazine pour enfant anti-stéréotypes de genre

Le magazine trimestriel Tchikita vise à déconstruire les stéréotypes de genre auprès des enfants de 4 à 7 ans. Une première dans la presse jeunesse.

Le 09/06/2021 par Sofia Colla
Tchikita lutte contre les stéréotypes de genre
Le magazine Tchikita, actuellement en crowdfunding, vise à lutter contre les stéréotypes de genre auprès des enfants de 4 à 7 ans. (Crédit : Tchikita)
Le magazine Tchikita, actuellement en crowdfunding, vise à lutter contre les stéréotypes de genre auprès des enfants de 4 à 7 ans. (Crédit : Tchikita)

Une petite fille doit aimer le rose et faire de la danse, un garçon le bleu et faire du foot. Des stéréotypes qui peuvent sembler d’un autre âge, mais qui demeurent encore bien ancrés dans notre société. Pour lutter contre ces clichés, la journaliste Elisabeth Roman lance le magazine Tchikita, vendu comme le “premier magazine trimestriel pour les 4-7 ans qui fait avancer l’égalité filles-garçons”.

Il s’agit là de la version junior de Tchika, fondé en 2019. “Premier magazine d’empowerment pour les filles de 7 à 12 ans”, ce titre en est aujourd’hui à son neuvième numéro. 

“Les filles sont censées aimer le rose, adorer lire, être douces, ne pas faire de bruit… Quant aux garçons, à eux le bleu, le foot, la force, la compétition… Avec Tchikita, nous vous offrons un outil innovant. Une fois par trimestre, il vous permettra de montrer à vos enfants que le monde peut changer et que ces stéréotypes ne sont pas une fatalité”, écrit la rédactrice en chef sur la page de crowdfunding de Tchikita

Casser les stéréotypes

Le magazine vise à donner confiance aux petites filles. À leur expliquer à elle, mais aussi aux petits garçons, qu’ils sont sur un pied d’égalité. Et qu’ils peuvent faire ce qui leur plait. 

Elisabeth Roman cite notamment une étude du centre Hubertine Audert de 2015 : “Dans les manuels de CP, les femmes représentent 40 % des personnages et 70 % de ceux qui font la cuisine ou le ménage. Mais seulement 3 % des personnages occupant un métier scientifique”

Tchikita lutte contre les stéréotypes de genre
La Une du premier numéro de Tchikita. (Crédit : Tchikita)

Dans le premier numéro, de 36 pages, les jeunes enfants pourront découvrir des portraits d’héroïnes du passé, des pages pour raconter la vie des animaux femelles, un dossier sur Frida Kahlo… Mais aussi des stéréotypes décortiqués, des jeux éducatifs, des bandes dessinées ou encore des coloriages. 

Le magazine est adapté aux premières lectures, avec beaucoup d’images. Et peut aussi être découvert en compagnie d’un adulte. 

À lire aussi : 50 héros pour la planète à la Une de WE DEMAIN 100 % ado

Briser les tabous 

Tchikita est l’adaptation pour les plus jeunes de Tchika. Un magazine pour les pré-adolescent.e.s qui déconstruit lui aussi les stéréotypes et qui brise les tabous. On y retrouve par exemple un dossier consacré aux règles. Mais aussi des sujets sur la sexualité. Ces thématiques seront également traités dans Tchikita. Dans l’objectif de les les expliquer aux plus jeunes, mais aussi d’aider les parents à ouvrir la discussion.

Tchika lutte contre les stéréotypes de genre
(Crédit : Tchika)

Deux magazines principalement dédiés aux jeunes filles, mais qui sont aussi lisibles par les garçons. “Dans nos anciens numéros de Tchika, on expliquait par exemple que les petits garçons n’ont pas à rougir d’avoir les cheveux longs, ou de vouloir porter des jupes. Ils font donc partie de notre cible aussi, même si notre magazine a d’abord été pensé pour des petites filles”, explique la rédactrice en chef, au magazine Néon

La campagne de financement participatif pour le lancement de Tchikita, ouverte jusqu’au 26 juin, est un succès. En quelques jours, l’objectif des 10 000 € a été plus que doublé, avec plus de 500 contributeurs. L’abonnement d’un an est proposé à partir de 30 €. Les abonnés recevront leur premier numéro dès le mois de septembre. 

Tags:

A lire aussi :

  • La misandrie, arme de légitime défiance pour une nouvelle génération de féministes

    Déchiffrer

    La misandrie, arme de légitime défiance pour une nouvelle génération de féministes

    Une nouvelle génération de féministes s’est emparé de ce mot qui déchaîne les passions. Pas seulement pour affirmer un rejet provocateur du masculin, en réponse à la misogynie ordinaire, mais aussi pour remettre en question les normes hétéros et imaginer de nouveaux rapports entre les genres.
  • Les algorithmes sont-il sexistes ?

    Inventer

    Les algorithmes sont-il sexistes ?

    Les algorithmes semblent parfois faire preuve de sexisme. Un problème qui ne vient pas de la technologie en elle-même mais de la manière dont elle est conçue...
  • Bien choisir sa contraception féminine ou masculine

    Découvrir

    Bien choisir sa contraception féminine ou masculine

    Pilule, stérilet ou préservatif sont les méthodes de contraception les plus proposées. Il existe toutefois des alternatives. Gaëlle Baldassari, fondatrice du mouvement Kiffe ton Cycle, organise un sommet digital pour éclairer nos choix.