Déchiffrer  > “Le bio est une tendance inarrêtable”

Written by 16 h 50 min Déchiffrer • 6 Comments

“Le bio est une tendance inarrêtable”

Pour François Siegel, directeur de la rédaction de WE DEMAIN, invité du 23 h de FranceInfo le 8 septembre, une progression durable de l’agriculture bio est tout à fait possible.

Le 09/09/2021 par WeDemain
François Siegel évoque l avenir du bio sur le plateau de FranceInfo.
François Siegel évoque l avenir du bio sur le plateau de franceinfo.
François Siegel évoque l avenir du bio sur le plateau de franceinfo.

Au premier semestre 2021, les ventes de briques de lait bio ont chuté de presque 9 % et celles de fromage bio de 4 %. La consommation de produits biologiques aurait-elle atteint un plateau ? Non, estime François Siegel, directeur de la rédaction de WE DEMAIN, invité du 23 h de franceinfo, mercredi 8 septembre.

Cette chute des ventes semble plutôt conjoncturelle : “Plus le pouvoir d’achat est important dans un pays, mieux le bio se porte, c’est une certitude”, note François Siegel. Il ajoute : “Maintenant, j’ai plutôt tendance à croire que l’on est sur une tendance inarrêtable. Car lorsque l’on regarde les préoccupations des Français, l’environnement arrive en numéro 1, la santé en numéro 2.”

Une agriculture 100 % bio d’ici à 2050

François Siegel souligne aussi l’intérêt du Congrès mondial de l’agriculture biologique, qui s’est ouvert à Rennes (Ille-et-Vilaine), le 6 septembre (jusqu’au 10 septembre). L’occasion d’étudier la faisabilité d’une agriculture 100 % bio, ou presque, en France d’ici à 2030 ou 2050… Les chercheurs de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) estiment dans un rapport qu’à l’échelle du territoire français, ce serait possible.

“Évidemment qu’il y aura des détracteurs qui iront à son encontre”, reconnaît François Siegel. “Mais cette étude ouvre le champs des possibles.”

D’autant que, si lalimentation biologique reste chère, elle limite “toutes les pathologie qui peuvent résulter d’une alimentation qui voisine les pesticides”, rappelle le directeur de la rédaction de WE DEMAIN. Avant de conclure : “Le bio, c’est un mix de ‘vivre’. Il fait partie d’une nouvelle forme d’économie que l’on peut envisager si l’on veut changer de paradigme assez fondamentalement.”

À lire aussi : Malgré la crise sanitaire, le bio continu sa progression : + 10 %

Tags:

A lire aussi :

  • En dix ans, 20 % des fermes ont disparu en France

    Déchiffrer

    En dix ans, 20 % des fermes ont disparu en France

    CHIFFRE DU JOUR. La France métropolitaine a perdu près de 100 000 fermes en dix ans, les agriculteurs vieillisant n'étant pas assez remplacés. Moins nombreuses, les fermes sont aussi plus grandes, plus concentrées.
  • Maltraitance animale : l’élevage intensif est-il majoritaire en France ?

    Debats-opinions

    Maltraitance animale : l’élevage intensif est-il majoritaire en France ?

    TRIBUNE. L'association de défense des animaux L214 vient de publier une nouvelle vidéo de maltraitance au sein d'un élevage intensif. Ces pratiques sont-elles représentatives du modèle agricole français ?
  • Bourgogne : nos coups de cœur biodynamiques

    Découvrir

    Bourgogne : nos coups de cœur biodynamiques

    En quête d'un Bourgogne cultivé en biodynamie, par exemple pour les fêtes de Noël ? Voici notre sélection de pinots noirs, parmi les meilleurs, vendanges manuelles, fermentation en levures indigènes, avec peu ou pas de soufre.