Découvrir  > “La mafia de la déforestation pèse 50 à 150 milliards de dollars par an”

Written by 15 h 19 min Découvrir

“La mafia de la déforestation pèse 50 à 150 milliards de dollars par an”

Sur Franceinfo, notre journaliste Armelle Oger présente le documentaire WOOD, qui retrace le combat d’un guerrier de l’environnement contre la mafia de la déforestation.

Le 01/07/2021 par WeDemain
(Crédit : Capture d'écran JT de France Info)
(Crédit : Capture d'écran JT de France Info)

C’est un documentaire sous forme de thriller que WE DEMAIN est venu présenter sur le plateau du 23h de France info, mercredi 23 juin. Wood : Game Changers Undercover nous emmène sur les traces de la mafia de la déforestation. Il a été projeté en juin au Festival du documentaire de Biarritz, le FIPADOC, dont WE DEMAIN est partenaire.

Un trafic de bois qui est un immense business. “La mafia de la déforestation pèse entre 50 et 150 milliards de dollars annuels, selon Interpol, et c’est un commerce très opaque”, pointe notre journaliste Armelle Oger.  

Ce documentaire “en noir et vert” a aussi pour sujet un guerrier de l’environnement, qui se démène contre ce trafic : Alexander von Bismarck.

Le directeur exécutif de l’Agence d’investigation pour l’environnement (EIA), ONG fondée en 1984 au Royaume-Uni, “agit comme un véritable policier. Il passe énormément de temps sur ses enquêtes. Sa vie est un thriller continu”.

Découvrez d’autres guerriers de l’environnement dans la revue WE DEMAIN n°34, disponible en kiosque et sur notre boutique en ligne.

Déforestation transnationale

Sa méthode consiste à se rendre directement sur les lieux des crimes, les dernières forêts vierges de la planète. Un cadre somptueux donc mais où se déroulent de sombres affaires. Là, Alexander von Bismarck documente les abattages illégaux, prend des camions en filature, photographie les plaques d’immatriculation des trafiquants. Ou filme des transactions sous une fausse identité, en caméra cachée…

A lire aussi : Amazonie : À la chasse aux médicaments du futur

“On y voit des mafieux russes, des négociateurs chinois, des entrepreneurs autrichiens… Tout ce petit monde se retrouve pour exploiter la forêt clandestinement”, poursuit Armelle Oger sur France Info.

Un personnage dont le charisme contribue à captiver le spectateur. “Il est surtout un militant qui prend beaucoup de risques.” Autant que ses informateurs, activistes locaux qui, à leur façon aussi, sont des héros de l’environnement. 

Ce documentaire enfin sensibilise les consommateurs. “Car nous faisons tous parti de ce jeu néfaste, en n’étant pas toujours assez vigilants sur la traçabilité du bois que l’on achète”, rappelle Armelle Oger. 

A lire aussi : En 3020, une forêt primaire au coeur de l’Europe ?

Tags:

A lire aussi :